Robert Aubin souligne la Journée internationale de la Francophonie

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

19 mars 2013

Si l’occasion est bonne pour célébrer la richesse des cultures francophones au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde, les francophones restent victimes dans notre pays de violations de leurs droits linguistiques.

 TROIS-RIVIÈRES—Le député néo-démocrate Robert Aubin (Trois-Rivières) souligne la Journée internationale de la Francophonie et ajoute aujourd’hui sa voix à celle de tous les francophones qui célèbrent leur héritage, leur culture et leur langue. Il tire pourtant la sonnette d’alarme au niveau des compressions aux services bilingues du dernier budget, totalisant 5,2 milliards de dollars et visant les frais de traductions, forçant les employés fédéraux  francophones à rédiger leurs rapports directement en anglais.

 «Cette journée célèbre la langue française tant au Canada qu’à travers le monde. En tant que francophone, le français est bien plus qu’une langue d’usage : elle constitue mon identité et façonne au quotidien l’être que je suis. En ce sens, je prends les coupures dans les services bilingues comme une véritable insulte », indique M. Aubin.  

«Le mois de mars est un moment incontournable pour exulter notre fierté de parler français, ajoute pour sa part le porte-parole du NPD pour la Francophonie, Pierre Dionne Labelle. Mais il faut aller encore plus loin. Nous devons nous responsabiliser, collectivement et individuellement, pour préserver, respecter et promouvoir la francophonie tout au long de l’année. Le gouvernement fédéral doit en cela donner l’exemple, en protégeant les libertés linguistiques et en  garantissant une place égale au français ».

Près de 9,5 millions de personnes parlent français au Canada, à l’instar de 890 millions d’autres à travers le monde.

-30-