Les 1000 mauvaises raisons de suspendre le débat au parlement

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

16 septembre 2013

 Les députés du NPD dénoncent le report des débats et des décisions à la Chambre des communes

 TROIS-RIVIÈRES – La décision des conservateurs de paralyser les activités du Parlement aura des conséquences néfastes sur la vie des Québécois. La prorogation ne permet pas de corriger le budget fédéral qui risque de coûter cher aux Caisses populaires et empêchera les membres de l’opposition de poser 1000 questions au gouvernement. 1000 occasions manquées !

 «Contrairement à Stephen Harper, le NPD croit que le Parlement a un rôle à jouer dans notre démocratie. Cette décision du Premier Ministre est un bâillon de plus pour notre démocratie. Le débat urgent que nous devons avoir sur la sécurité ferroviaire, en lien avec la tragédie de Lac-Mégantic, ne pourra pas avoir lieu avant plusieurs mois.»

 «Les études environnementales portant sur la conservation des habitats, et sur l’impact du changement climatique sur les populations de poissons nordiques seront toutes abandonnées. Comme membre du Comité permanent sur l’environnement, je ne peux accepter cette désinvolture. Je me demande si le que le premier ministre n'est pas en train de fuir volontairement ses responsabilités», indique le président du caucus québécois du NPD, Robert Aubin (Trois-Rivières).

 Voici, d’autres exemples d’effets négatifs de la prorogation :

• L’adoption du projet de loi contre la discrimination des personnes transgenres est encore une fois retardée;

• Le comité spécial mis sur pied pour se pencher sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones cessera définitivement ses activités;

 Le NPD entend continuer à talonner le gouvernement malgré le fait que les activités du Parlement soient paralysées. Les membres de notre cabinet fantôme entendent ainsi tenir quotidiennement une période de questions virtuelle via Twitter en s’adressant directement aux ministres. Nous invitons la population de Trois-Rivières à adresser elle-aussi directement ses questions aux ministres conservateurs, via les médias sociaux.

 «En attendant le retour du Parlement, je demeure au travail dans la circonscription, affirme M. Aubin. Ce n’est pas parce que Stephen Harper a décidé de fermer le Parlement que le travail auprès des citoyens s’arrête. On continue!»

  - 30 -