JUGEMENT DANS LE PROCÈS SUR LA PYRRHOTITE: LE NPD QUESTIONNE LES CONSERVATEURS À LA CHAMBRE DES COMMUNES

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

13 juin 2014

 OTTAWA — À la suite du jugement rendu par la Cour supérieure dans le mégaprocès intenté par les propriétaires de résidences affectées par la pyrrhotite, le NPD est une fois de plus revenu à la charge à la Chambre des communes, dénonçant l’inaction des conservateurs dans ce dossier.

 «Des maisons sont détruites dans la grande région de Trois-Rivières à cause de la pyrrhotite et ce sont les familles qui doivent absorber tous les frais des coûteuses rénovations. Là, ce n’est plus juste le NPD qui demande au gouvernement d’agir, mais un juge qui le demande aussi. Est-ce que les conservateurs vont respecter la décision des tribunaux?», a martelé la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau (Berthier--Maskinongé) à la Chambre des communes vendredi.

 Dans son jugement, le juge Michel Richard de la Cour supérieure du Québec a identifié des failles dans les normes sur le béton et a réclamé des changements auprès du gouvernement fédéral. Pourtant, les conservateurs continuent de nier toutes responsabilités à ce sujet.

 «La pyrrhotite est un véritable fléau pour la Mauricie et d’autres régions du Québec, a indiqué Mme Brosseau. Les conservateurs ne peuvent plus continuer a reléguer leurs responsabilités au gouvernement provincial. Il est plus que temps d’agir et de réellement soutenir les citoyens.»

 Rappelons que le NPD a récemment remis à la ministre responsable, Diane Finley, une lettre cosignée par plusieurs maires de la région lui demandant de mettre en place un fonds d’aide pour venir en aide aux victimes de la pyrrhotite.

 «Le tribunal souhaite que toute cette documentation serve à définir des normes appropriées par les différents paliers de gouvernement. C’est au fédéral que revient l’autorité en matière de qualité du béton. Cela fait des années que nous nous battons pour que les conservateurs prennent leurs responsabilités, mais ils ne veulent rien entendre. Nous espérons qu’avec ce jugement, le gouvernement cessera de se chercher des excuses pour enfin agir dans l’intérêt des victimes. Il n’est pas trop tard», a conclu le député néo-démocrate Robert Aubin (Trois-Rivières).

 

-30-