Immigration: Un cas flagrant de mauvaise gestion des conservateurs

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
16 NOVEMBRE 2012
 

 Les coupes des conservateurs occasionnent non seulement des délais pour les utilisateurs, mais aussi des coûts supplémentaires pour le trésor public

 TROIS-RIVIÈRES — Les coupes irréfléchies du gouvernement conservateur ont eu des répercussions dramatiques pour les utilisateurs de Citoyenneté et Immigration Canada et ont engendré des coûts supplémentaires pour l’État, dénonce le NPD.

Rappelons que le gouvernement conservateur a fermé quatre bureaux régionaux de CIC au Québec le printemps dernier, dont celui de Trois-Rivières, redirigeant les gens qui utilisaient ces services à la centrale téléphonique de Montréal. Au même moment, les conservateurs ont mis à pied 75 des 225 employés du centre d’appel de Montréal.

 Un reportage de Radio-Canada a démontré que le taux de réponse des appels du centre de Montréal a chuté drastiquement à 9% après les compressions des conservateurs. «Pas étonnant que le nombre de plaintes soit en forte hausse dans notre bureau de circonscription! lance le député Robert Aubin (Trois-Rivières). La fermeture du bureau a été une vive source d’inquiétudes pour la communauté, et celles-ci étaient fondées: des délais d’attente, un mauvais service. Certaines personnes ont tenté pendant des jours de rejoindre CIC, en vain

 «C’est clair que ça allait être la catastrophe, affirme la porte-parole adjointe du NPD en matière d’immigration, Sadia Groguhé. D’un côté, on multiplie le nombre d’appels en incitant les gens à contacter CIC par téléphone, et en même temps, on remercie le tiers des employés. C’est un manque flagrant de jugement de la part des conservateurs. C’est de la mauvaise gestion pure et simple

 La situation était tellement catastrophique que le gouvernement a dû débloquer des fonds pour rappeler les employés au travail. Certains d’entre eux ayant déjà trouvé du travail ailleurs, CIC est obligé de former du nouveau personnel.

 «C’est du gaspillage de fonds publics. Si le gouvernement conservateur n’avait pas procédé à ces coupes irréfléchies, le public aurait été mieux servi, des employés auraient gardé leur emploi et au bout du compte, ça aurait coûté moins cher», conclut Mme Groguhé.

 

-30-